Le mystère de la tombe de Dante

Quand on parle de Dante, la tête court immédiatement à Florence. Mais, si par contre, nous voudrions faire visite à sa tombe, où est-ce que nous devrions aller?
Malgré ce qu’on pense, Dante n’est pas enterré à Florence, sa ville natale, mais à Ravenne, la ville où il passa les derniers trois ans de sa vie et où il mourat dans la nuit entre le 13 et le 14 septembre 1321. Il est en fait propre en Émilie-Romagne que le Grand Poèt -exilié de Florence- passa ses derniers ans. Et il est ici que, aussi aujourd’hui, il est possible visiter le sepolcre néoclassique qui contient ses restes.

Un petit temple néoclassique, auprès de la Basilique de Saint Fran çois de Ravenne, accuille (encore) aujourd’hui les restes du Grand Poèt.

L’addresse où aller est la Basilique de Saint François , dans le centre de Ravenne. Ici le petit temple (qui est un monument national) a été construit dans une zone de silence dénominée “zone dantesque”, qui héberge- outre à la tombe de Dante- aussi le jardin avec le Quadrarco et les cloîtres franciscans avec le Musée Dantesque. Mais quelle est l’histoire de son enterrement?

Le jour de sa mort à l’ â ge de 56 ans, à cause du paludise contracté probablement pendant ses déplacements vers Vérone et Venise, Dante fut enterré toute de suite à l’intérieur du sarcophage en marme de Carrara, où encore aujourd’hui reste, mais qu’il était placé à l’intérieur du cloître de Braccioforte; seulement à la fin du XV siècle fut déplacé sur le côté ouest du même. Florence, cependant, ne resta à voir: commença à réclamer les restes de son grand citoyen, surtout quand furent nommés Papes les Florentins Léon X et Clément VII. Léon X avec Michelangelo,envoya une délégation à Ravenne pour recuperer les restes de Dante, afin que furent restitués pour toujours à Florence, mais juste arrivé dans la ville des mos aïques il eut une mauvaise surprise: le sarcophage était vide. À travers le créneau qui du cloître rejoindait la tombe, les Frères Franciscans, en attendant, n’avaient pas été à regarder, mais ils les avaient volés pour les mettre en sauf et, une fois restitués au sarcophage, voilà qu’il est déplacé à l’intérieur du cloître, afin d’ ê tre constantement surveillé. Aussi une deuxième fois, les Frères enlevèrent les os de l’urne originaire pour les cacher: ce qui passa en 1810, en plein période napoléonien qui ordonnait l’immédiat abandon de quelque soit ordre religieux. La boîte fut alors murée dans l’oratoire attenante et personne pour beaucoup années à suivre ne sut plus rien.

Pour les années à venir, qui faisait visite à la Tombe du Grand Poèt faisait visite en réalité à une tombe vide. Jusqu’à quand, le 27 mai 1865, un ouvrier retrouva cet urne pendant les travaux de restructuration pour les festivités en occasion du VI centenaire de la naissance. De suite un étudiant ravennate, un certain Anastasio Matteucci, traduisit l’inscrition que l’urne récitait et cria au stupeur: les os de Dante étaient là-bas, pas dans la tombe! Et voilà que sa dépouille fut recomposée, et exposée au public dans une vitrine de verre pour être enterrée aprés (encora une fois) à l’intérieur du petit temple qui, en attendant, avait été édifié par l’Architecte Camillo Morigia, et que aujourd’hui nous pouvons admirer dans une des plus suggestives zones de la ville des mosa ïques . Et Florence? Florence ne put faire d’autre que renoncer, en construant un deuxième petit temple néoclassique dans Sainte Croix, avec Dante que -pensif- est élevé à la gloire de l’Italie, alors que la Poésie, en regardant le sarcophage, pleure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

9 + sept =